×
footer logo
© 2017 VICE Media LLC
×
 

Cléo-Nikita illustre avec douceur une adolescence à vif

Ld
Lola d'Estienne d'Orves, Photo: Cléo-Nikita

February 9, 2018, 19:27

Offrez vous un voyage dans la fleur de l’âge avec cette jeune photographe basée à Bruxelles.

Cléo m’a appelée lors d’une après-midi ensoleillée. J’entendais dans le téléphone le bruit de quelques verres qui s’entrechoquaient discrètement autour d’elle. « Je suis en terrasse en plein soleil, et j’ai tout mon temps ». À l’image de sa série Le complexe du homard, on percevait dans sa voix une mélancolie et une joie sincère qui s’accordaient parfaitement. Quand elle m’a parlé de ses images, j’ai directement senti que l’adolescence, qu’elle a choisi d’illustrer à travers vingt-cinq portraits et quelques carnets de notes, est un sujet qui lui tient à coeur.

Son projet, elle l’a commencé à 21 ans. Une post-ado curieuse observant les jeunes de son âge. Elle a amorcé sa série à la recherche de visages et physique atypiques, presque rugueux, pour la conclure avec une exploration plus profonde de la sensibilité de ses modèles. L’adolescence qu’elle illustre est bien loin de celle qui nous est habituellement montrée : l’âge ingrat est ici immortalisé comme une période sensible, à vif, inégale mais toujours intense, qui se caractérise par une explosion de sentiments, de regards effrontés et de poitrines délicates.

Cléo nous raconte un cheminement, une évolution. Elle complète ses tirages par des notes et d’autres images étrangères qui la marquent, qui se répondent, pour ne pas oublier les échanges qu’elle a vécus. Laissant de côté son simple rôle de photographe, elle prend part à l’histoire. Chaque rencontre est l’occasion d’apprendre à connaître un peu plus en profondeur son sujet, pour tenter de capter l’essence de cette crise interne qu’on se doit d’apprivoiser à la puberté. Une série qui promet de vous ramener à l’époque où douceur et cruauté se répondent sur fond de cœurs brûlants et de couleurs pastel.

 

 

 

Retrouvez Cléo sur son site et sur Instagram

Retrouvez “Le complexe du homard” à la Biennale de l’Image Possible de Liège.

Pour plus de Vice, c’est par ici.

Logo