×
footer logo
© 2017 VICE Media LLC
×

En Flandre, on peut boire du vin dans un anus géant

Votre rêve de pinard dans un énorme trou du cul peut enfin devenir réalité.
Ilkka Sirén

March 13, 2018, 05:58

Avis aux amateurs de vin de notre plat pays : ce vendredi, vous vous verrez offrir l’occasion (d’une vie !) de venir goûter différents vins dans ce lieu humide où le soleil ne brille jamais. Les vins italiens d’appellation Albana di Romagna couleront à flot dans cet hôtel au nom évocateur qu’est le CasAnus. Le bâtiment, reconnaissable entre mille car imitant à merveille un anus gigantesque, se trouve en pleine verdure, quelque part en Flandre Occidentale. Dire que c’est le trou du cul du monde serait trop facile. Ce rectum habitable est l’invention de l’artiste néerlandais Joep van Lieshout. L’immense œuvre possède la forme d’un intestin humain, et, si vous auscultez attentivement le tube, vous apercevrez même des petits détails minutieux qui souligneront encore plus le réalisme ingrat de l’installation.

L’intérieur de l’hôtel. Photo via de Verbeke Foundation, CasAnus et Atelier van Lieshout © Tineke Schuurmans

Il paraît que le CasAnus est principalement une œuvre d’art qui s’admire de l’extérieur. Mais si vous avez toujours rêvé de passer une nuit romantique en plein trou de cul, plus rien ne peut vous en empêcher de réaliser ce fantasme scatophile.

Je dois dire que l’hôtel est bien équipé : lit double, douche et chauffage central. Parce qu’un anus sans chauffage, ça serait se foutre de notre gueule. CasAnus se trouve dans le parc de sculptures de la Fondation Verbeke où plus de 20 000 visiteurs se rendent chaque année. Les propriétaires de ce parc sont les collectionneurs d’art Geert et Carla Verbeke-Lens. Ils me disent cependant que l’endroit n’a pas été conçu pour servir « d’oasis » tranquille. Merde.

L’intestin complet. Photo via de Verbeke Foundation, CasAnus et Atelier van Lieshout © Tineke Schuurmans

Les dégustations qui s’y déroulent sont destinées aux amateurs d’art et de vin. Le porte-parole Alice Bown nous explique qu’après dix ans de « dégustations classiques » plutôt rasantes, aussi bien pour les producteurs que pour les visiteurs, ils ont commencé à réfléchir à des façons plus originales d’aborder le vin. En effet, les geeks du vin ont la fâcheuse tendance à facilement se perdre dans de profondes analyses, souvent ennuyeuses à mourir. Mais dans « analyse », il y a « anal ». Hé oui, c’est bien comme ça que naissent les idées de merde. J’imagine sans problème les conversations d’œnologues coincés de la fesse se rassemblant dans l’anus géant: hhhm, légère note de fruits rouges, rond en bouche, boisé, et ne serait-ce pas une subtile touche de… de cul ? Le lieu en lui-même donne tout de suite une connotation plus sexuelle au terme de « dégustation ». Même si la blague vous brûle les lèvres, retenez-vous quand même de claironner que ce vin a un goût de merde : vous n’êtes sans doute pas le premier et vous passeriez pour un cul-terreux.

Je n’ai pas osé demander comment et par où les visiteurs quittaient le bâtiment, mais je pense avoir ma petite idée. Et cette image se suffit à elle-même. Pour être honnête, je trouve le bâtiment très intrigant. Enfant, j’étais déjà fasciné par le fait de voyager dans le corps humain, à cause d’Innerspace. Et si je peux accompagner cette pérégrination scientifique avec une quantité honorable de bon vin, l’idée de passer la nuit dans un anus géant ne me semble somme toute pas si mal. Ça m’a même tout l’air d’une grande aventure. Je le sens bien. Bon, on s’inscrit où?

Cet article a été initialement publié sur MUNCHIES NL

Pour plus de Vice, c’est par ici.

Logo